dimanche 26 septembre 2010

Haiti : crise de super héros

Beaucoup d’entre nous avons des modèles. Bien que se limiter à un exemple n’offre pas toutes les capacités pour s’affranchir et lutter dans cette jungle individuelle qu’est la vie d’aujourd’hui. Nous avons l’exemple sans égal de Victor Hugo laissant paraitre sur ses cahiers d’écoliers, je serai Chateaubriand ou rien. Avoir un modèle mythique le plus souvent peut signifier pour nous atteindre un infini qu’on ne trouve pas dans le commun des mortels.

C’est ainsi qu’à l’aube de la seconde guerre mondiale des dessinateurs américains sont venus avec le concept des comics pour porter les GI à une force supérieure et patriotique. Superman aux couleurs du drapeau étoilé est devenu la force qui leur manque, leur identité imaginaire. Il a été nécessaire de séparer la vie du héros dans le peuple et hors de la société.

Il est remarquable que toutes les grandes civilisations qui perdurent aient leurs mythes, leurs personnalités puissantes et invincibles. Depuis la Grèce antique, Hercule symbolise la force culturelle à l’avantage des dieux et du pouvoir. La culture parlait en bien de ceux qui dirigent. Depuis le siècle du romantisme cette rupture cause des dégâts littéraires. Non qu’elle est néfaste mais elle ne frappe pas toujours au bon moment et a l’endroit propice.

A l’occasion des élections cruciales pour l’Haïti post-séisme, une question cruciale serait quel candidat peut renouer avec nos mythes de l’indépendance. Rares sont les pays qui possèdent des histoires aussi magiques bien ancrées dans le réel, certains exploits tel celui de Capois Lamort, Claire Heureuse et Toussaint Louverture, homme de preuve historique. Mais la limite de nos légendes est qu’elles se renferment dans le cadre de la lutte contre l’occupation.

Sauver notre pays de son propre désastre intérieur n’a depuis longtemps pas été la priorité de nos leaders. Nous avons grand besoin de Zorro défenseur des opprimés pour nous hausser avec l’aide des révolutionnaires à un niveau de croissance ou une culture qui favorise plutôt que critique les ambitions gouvernementales. Les contes qui murissent dans la mémoire de ses habitants depuis un temps assez ancien comblent l’imaginaire et les rêves des masses, leur inconscient. Manuel a été une initiative trop paysanne et Ti Malice trop individuel, nous avons besoin d’héros nationaux à fin joviale.

2 commentaires:

  1. "Quel candidat peut renouer avec nos mythes de l’indépendance."....? A-t-on besoin vraiment de çà? N'a-t-on pas plus besoin d'héros modernes? Se complaire de ce passé sans avancer...est-ce vraiment notre dessein? JP

    RépondreSupprimer
  2. "Sauver notre pays de son propre desastre interieur n'a depuis longtemps pas ete la priorite de nos leaders"...Le constat est celui que tu soulignes, nous avons besoin de renouveler nos mythes tout en gardant les grandeurs de notre passé, mais des héros qui correspondent à notre société actuelle.

    RépondreSupprimer